TEXTES ET TRADUCTIONS

Medecina

Il arrive parfois que notre âme s’éparpille,

Que la peur nous assaille, que le doute se distille,

Il arrive parfois que tout nous paraisse futile,

Que l’angoisse sache frapper dans le mille,

Il arrive parfois que plane sur la ville

Une ombre, une brume, une ambiance fébrile,

Tout semble si vaste et tout semble si fragile,

On tient, on s’accroche, on s’accroche aux brindilles.

Es aquí sas que nos ven la melodia

E que la lutz nos dintra, dintra dins l’aurelha,

Una bassa, un acòrd, una armonia

E lei socits se’n van, se’n van a la via…


Refrain/Tornada : 
La musica es una medecina,

Un quauquaren que nos fai de ben,

Un pichòt ren qu’arrèsta lo temps,

La musica es una medecina

Que nos rende liure,

Nos ajuda a viure.


Il arrive parfois que l’on souffre, que l’on saigne,

Il arrive que l’on freine, que l’on soit à la traîne,

Il arrive parfois qu’au bar de la peine

La colère vienne rajouter la sienne…

Il arrive des jours qui durent des semaines,

Des jours qui vont et viennent, une vieille rengaine,

Le cœur en est lourd, la tête en est pleine,

On tient, on s’accroche, on s’accroche à l’ancienne…

Es aquí sas que nos ven la cançon,

Pica la bassa dins lo coraçon,

Ren qu’un refrin, ren qu’un resson

E lei socits se’n van, se’n van a de bon…

Refrain/Tornada

Me fa de ben, te fa de ben, nos fa de ben :

La musica potinga per curar los patiments !

Me fa de ben, te fa de ben, nos fa de ben :

Lo swing de la vida tòrna viure e vira luènh.  

On la consomme, on la vit, / Au mégaphone on la crie,

Elle nous assomme ou nous nourrit, / Nous rend aphone tard la nuit,

Pour les dònas, les petits, / Les mignonnes et les jolies,

Pour les hommes, les posses, / Ceux qui donnent leur avis !